L’huile essentielle d’Angélique pour aider au sevrage de l’alcool

By 26/05/2021 septembre 13th, 2021 Addiction, Boîte à Outils
ombelle blanche de la fleur d'angélique - blog alcool femmes - sevrage alcool

Dans mon article sur l’intérêt des médecines douces pour accompagner le sevrage et se libérer de l’alcool, j’ai évoqué la pertinence de l’aromathérapie. C’est une méthode naturelle qui soulage beaucoup de maux et de malaises et apporte un mieux-être, tant à notre corps qu’à notre esprit.

Dans le cadre du sevrage alcoolique, on pourrait trouver secours auprès de nombreuses huiles essentielles calmantes du système nerveux ou antidépressives. Je pense aux huiles essentielles de lavande, de mandarine ou de bergamote par exemple.

On pourrait aussi regarder du côté de l’huile essentielle de romarin à verbénone pour la dépuration et la décongestion du foie, de la vésicule biliaire et du pancréas.

Le nombre d’huiles essentielles est immense et en constant développement. Elles sont chacune composées de multiples principes actifs dans des concentrations importantes. A ce titre, elles ne sont nullement anodines et sont à utiliser à bon escient.

Elles sont porteuses de puissantes énergies, y compris sur les plans subtiles du psychisme.

Parmi elles, il en est une majeure pour le sevrage de l’addiction alcoolique, c’est bien l’huile essentielle d’Angélique.

L’herbe aux anges protégerait des plus grand maux.

L’huile essentielle d’Angélique (ou Angelica Archangelica, rien que son nom, déjà, j’adore !) est réputée en aromathérapie pour l’étendue et la puissance de son champ d’action.

Au Moyen-Age, les herboristes l’appelaient « racine du Saint-Esprit » ou « herbe aux anges » tant elle a de vertus thérapeutiques.

Au 16ème siècle, Paracelse a combattu la peste avec de la racine angélique. En médecine traditionnelle chinoise, elle est utilisée comme tonique cérébral.

Dans la médecine populaire, elle est considérée comme une plante de protection divine contre les mauvais esprits, qu’il s’agisse de la peste, de sorcellerie ou de dépendance !

On raconte même qu’elle aurait été offerte aux hommes par l’archange Rafael lui-même dont la mission est de guérir, d’apaiser et de soigner. Elle possèderait des vertus magiques qui protègeraient des plus grands maux : peste, venin, mauvais sort, poison. Il est vrai que l’alcool, le tabac ou le sucre ont fait leur preuve en tant que poison !

Son intérêt dans le traitement des dépendances : alcool, tabac, nourriture, etc.

L’angélique officinale (Angelica archangelica) est une plante bisannuelle proche des carottes, du céleri et de l’anis. Elle donne de belles ombelles blanches, comme su la photo en tête de l’article. Elle pousse aisément en France, mais aussi en Inde, en Hongrie ou en Bulgarie. On récolte ses racines pour en extraire l’huile essentielle.

Mais tout est bon dans l’Angélique. Les pétioles (ou petits pieds) des feuilles peuvent être confits et sont employés en pâtisserie. Les jeunes feuilles peuvent servir d’aromates, comme le persil. Et on retrouve les graines et les pétioles dans des recettes de liqueurs.

L’huile essentielle obtenue après distillation de sa racine par entraînement à la vapeur d’eau est très riche en monoterpènes (90-95%), sans doute les principes actifs les plus répandus dans les huiles essentielles. Ce sont notamment eux qui lui confèrent ses propriétés psycho-tonifiantes exceptionnelles et particulièrement efficaces contre les comportements addictifs.

Ses propriétés thérapeutiques majeures sont d’être sédative en plus d’être une anxiolytique puissante.

Elle est donc particulièrement recommandée pour traiter l’agitation, l’angoisse, l’arythmie, la colère, les dérèglements du système nerveux et l’insomnie qui accompagne très fréquemment le sevrage physique et psychologique de l’alcool.

Sur un plan psycho-émotionnel, elle sera également indiquée pour surmonter les difficultés à prendre des décisions pour un nouveau départ ou pour se donner du courage face à l’inconnu.

On comprend donc bien son intérêt dans le traitement des dépendances dites orales qui concernent l’alcool, mais aussi le tabac, le sucre ou le grignotage, tout aussi courantes et néfastes.

Comment l’utiliser pour soutenir le sevrage alcoolique ?

Bien que vous puissiez l’intégrer dans une huile de massage, je préfère privilégier l’olfaction. Ainsi, la fragrance de l’huile essentielle portera l’action des principes actifs spécifiquement dans les zones du cerveau pour une action au niveau mental, psychologique, émotionnel et spirituel.

Utiliser l’huile essentielle d’angélique seule.

Vous pouvez humer l’huile essentielle directement depuis le flacon, tout simplement. C’est ce que je fais le plus souvent. Les parfums des huiles essentielles font réellement partie des plaisirs de ma vie. Et celui de l’huile essentielle d’Angélique est juste merveilleux !

Vous pouvez aussi appliquer une goutte sur les poignets avant de les rapprocher du visage puis respirer profondément et calmement.

Dans les deux cas, respirez profondément, restez quelques instants avec les poumons pleins avant d’expirer calmement. Profitez pleinement de ce moment pour sentir le calme, la douceur et la force de l’énergie de l’angélique. Laissez renforcer votre volonté et votre courage pour cheminer vers la sobriété.

L’utiliser en synergie avec d’autres huiles essentielles.

Si vous vous sentez une âme d’alchimiste, vous pouvez aussi mélanger les huiles essentielles suivantes dans un flacon ou un roll-on pour soulager les déséquilibres nerveux complexes liés au manque d’alcool :

  • 1 ml d’huile essentielle de Laurier noble
  • 1 ml d’huile essentielle de Romarin à Verbénone
  • 1 ml d’huile essentielle de Petit Grain Bigarade
  • 0,5 ml d’huile essentielle d’Angélique

Vous pourrez appliquer une goutte de la synergie sur chaque poignet quelques fois par jour (sans dépasser 20 gouttes par 24h), et respirer le flacon autant de fois que nécessaire dans la journée.

Vous constaterez que vous en aurez de moins en moins besoin, au fur et à mesure que l’envie de consommer s’estompera. Vous pourrez alors diminuer et espacer les prises selon vos besoins.

Des recommandations importantes pour l’usage des huiles essentielles.

Quel que soit le mode d’administration choisi, il est conseillé de ne jamais utiliser la même huile essentielle ou la même synergie en continu sur une longue durée. Par contre, le sevrage alcoolique, sur le plan psychologique notamment, peut durer plusieurs semaines et même plusieurs mois. Vous veillerez donc à placer des fenêtres thérapeutiques pour d’éviter de surcharger l’organisme en huiles essentielles ou d’entrainer un phénomène d’accoutumance qui amoindrirait les bénéfices. Vous ferrez par exemple, 2 jours d’arrêt tous les 5 jours, ou bien, 7 jours d’arrêt complet toutes les 3 semaines.

  • Ne convient pas aux femmes enceintes et allaitantes.
  • Vérifier les contre-indications de chaque huile essentielle pour les personnes asthmatiques.
  • Pour les personnes à terrain allergique : réalisez un test sur le creux du coude et attendez 48 h. S’il n’y a aucune réaction, vous pouvez utiliser la composition en toute sérénité.
  • Demandez un avis médical en cas de prise d’autres traitements en parallèle.

Les indications exposées dans cet article sont tirées d’ouvrages de référence en aromathérapie. Ces informations sont données à titre informatif et non médical. En aucun cas, elles ne doivent se substituer aux diagnostics et aux recommandations de votre médecin ou thérapeute.

Mes références en matière d’aromathérapie :

✨ Dominique Baudoux – L’aromathérapie. Se soigner par les huiles essentielles – Éditions Amyris
✨ Lydia Bosson – Grandir avec les huiles essentielles. Aromathérapie énergétique appliquée – Éditions Amyris
✨ Catherine Béhar, (Jean-Charles Sommerard, Guillaume Gérault, Ronald Mary) – Le guide de l’olfactothérapie. Les huiles essentielles pour soigner notre corps et accompagner nos émotions – Albin Michel

Leave a Reply