fbpx
Addiction

Femmes, alcool et dépendance

By 07/02/2020 avril 5th, 2020 No Comments

Que ce soit par ennui, par désenchantement, par opportunités mondaines, par goût de la fête ou pour soulager les pressions professionnelles, sociales et familiales, de plus en plus de femmes boivent et elles boivent de plus en plus. Le plus souvent sans se méfier, car la dépendance à l’alcool est sujette à beaucoup d’idées fausses. On parle désormais d’alcoolisme féminin.

On ne devient pas dépendante un beau matin en se réveillant. La dépendance s’installe progressivement. Certes la dépendance physique amène à constater un beau matin que le corps a besoin d’alcool ! Ce sont les fameux tremblements, marqueurs physiologiques de la dépendance physique !

Mais le besoin psychique est présent bien plus tôt ! Car on se laisse tenter par l’alcool autant pour trouver le plaisir que pour fuir le déplaisir. Très vite et très souvent les deux aspects s’emmêlent.

On ignore souvent que la dépendance psychique précède la dépendance physique. L’alcool est un puissant anxiolytique, un merveilleux relaxant musculaire, un formidable « baume » des blessures de l’âme avant de devenir un poison. Rien de tel qu’un petit verre pour décompresser ou pour s’amuser ! Avec le temps, et la banalisation de l’alcool dans notre société, l’habitude s’installe sans qu’on s’en rende compte et l’accoutumance fait doucement son œuvre.

Ce qu’on ignore également souvent, c’est qu’une consommation ponctuelle excessive et hors contrôle (type cuite du week-end) est tout aussi problématique et dangereuse qu’une consommation quotidienne sans cuite, particulièrement pour l’organisme féminin ! Et oui, sur ce plan-là aussi, hommes et femmes ne sont pas égaux !

  • A poids égal, le taux d’alcoolémie est plus élevé chez les femmes.
  • En moyenne, notre poids est moindre que celui des hommes, donc nous atteignons des taux d’alcoolémie plus élevés.
  • Nous avons plus de tissus adipeux, ce qui ralentit l’absorption de l’alcool et fait que ses effets s’atténuent moins rapidement.
  • Nous avons également des concentrations moins élevées d’enzymes qui décomposent l’alcool, ce qui ralentit le processus d’élimination de l’alcool.
  • Ainsi, à mesure que la consommation d’alcool augmente, les risques qu’elle représente pour la santé augmentent plus rapidement chez les femmes que chez les hommes.

Et l’inégalité entre les hommes et les femmes face à l’alcool ne s’arrête pas là !

En effet, le regard que la société porte sur les femmes ivres ou dépendantes est bien plus moralisateur et sanctionnant à leur égard. Cette stigmatisation renforce le malaise et pousse beaucoup trop d’entre nous à une consommation dissimulée voire clandestine.

Ainsi, au malaise qui fait boire, s’ajoute la honte de boire, qui fait boire davantage et rend plus dépendante encore tout en isolant davantage dans la honte, la culpabilité et le silence.

Vous le savez peut-être déjà, j’ai été dépendante ! Je sais ce que c’est !

Et je me suis rétablie !

J’y suis parvenue sans assistance médicale, faute d’en avoir trouvé ! Et j’ai à cœur aujourd’hui de partager mon expérience et de transmettre les clés de mon chemin de guérison.

Je garde, et garderai toujours, de la disponibilité pour offrir gratuitement un espace d’écoute pour rallumer l’espoir. Car la situation est bien moins désespérée qu’on ne l’imagine !

Si ce message fait écho en vous, je vous en prie, osez vous confier à moi !

Faites-moi confiance ! Faites-vous confiance ! Osez prendre RDV pour un coaching gratuit, nous en parlerons ensemble et je suis certaine que notre échange vous aidera à envisager les choses sous un nouvel angle.

S’engager dans l’action un pas à la fois est assurément un moteur puissant pour déjouer les résistances les plus coriaces !

Et si vous faisiez le premier pas ? Et si le bon moment c’était maintenant ?

Si vous ne vous sentez pas concernée mais que vous souhaitez réagir, n’hésitez pas à commenter, je vous lirais avec attention.

Crédit-photo : scott-warman-rrYF1RfotSM-unsplash

Leave a Reply

ut Praesent dictum libero. Aliquam in elementum lectus id efficitur. venenatis, commodo